Pourquoi investir son épargne ?

Directeur Scientifique de Nalo

Publié le

Temps de lecture :

pourquoi investir

L’Essentiel

  • Investir permet de faire fructifier son capital sur le long terme, bien au-delà du rendement proposé par les livrets d’épargne
  • Investir permet également de participer au financement des projets des entreprises, et de devenir ainsi acteur de la croissance économique
  • Il est possible d’investir spécifiquement dans des entreprises qui contribuent au développement durable, afin de soutenir l’écologie et la transition énergétique tout en bénéficiant de rendements attractifs

Nous sommes tous conscients de la nécessité d’épargner : les ménages français mettent en moyenne 15 % de leurs revenus de côté1 pour parer aux imprévus, financer leurs projets et leurs vieux jours… Nous devrions tous avoir également le réflexe d’investir une partie de cette épargne sur les marchés financiers. La bourse n’est pas le privilège des experts ni des « boursicoteurs », et il existe au moins trois excellentes raisons d’y placer son argent !

Pourquoi investir ? Faire fructifier son patrimoine

Conserver son épargne sous un matelas, sur un compte courant ou un produit d’épargne réglementée (Livret A, PEL …) revient à peu près au même : les rendements perçus sont soit nuls, soit inférieurs à l’inflation actuelle. 

A titre indicatif, l’inflation s’est élevée à 1,1% en 2019 alors que le Livret A ne rémunère qu’à un taux de 0,5%. Autrement dit, cela revient à perdre du pouvoir d’achat à moyen ou long terme. Le seul moyen d’éviter ce manque à gagner est d’investir son capital sur des supports proposant un meilleur rendement.

Combien rapporte un investissement ?

Tout dépend où l’on choisit d’investir. En comparant les performances des différents types de placements sur les 10 dernières années, on remarque que les actions offrent de loin les rendements les plus intéressants : 10,59 % par an en moyenne pour les actions mondiales2, devant les obligations (6,48 % pour les obligations européennes à 30 ans), l’immobilier parisien (5,17 % hors frais et fiscalité), les placements immobiliers dits « pierre-papier » (5,1 % pour les OPCI et 4,4 % pour les SCPI), les fonds en euros des contrats d’assurance-vie (2,37 % avant fiscalité) et les matières premières (6,54 % pour l’or, -2,47 %pour le pétrole).

Il est donc particulièrement intéressant d’investir en bourse, c’est à dire d’acheter des actions et éventuellement des obligations, pour faire fructifier son capital sur le long terme.

A lire aussi

Investir, combien ça rapporte ?

Comment bien investir son argent ?

En s’interrogeant sur ses objectifs

Investir en bourse comporte des risques liés à la fluctuation de la valeur des titres. Toutefois, ce risque n’est pas le même pour les actions et les obligations – et surtout, il décroît fortement avec le temps. 

Il est donc essentiel de définir, avant toute chose, dans quel(s) objectif(s) vous investissez. Cela permettra de calibrer votre prise de risque en fonction de votre horizon d’investissement, c’est à dire de l’échéance à laquelle vous souhaiterez utiliser l’épargne investie pour réaliser vos projets.

En se faisant accompagner

Quelle enveloppe fiscale choisir entre le compte-titres, le PEA et l’assurance-vie ? Vaut-il mieux sélectionner des fonds d’investissements classiques (OPCVM, SICAV, FCP) ou indiciels (ETF) ? Comment équilibrer son portefeuille entre actions et obligations ? 

Pour éviter de perdre un temps précieux face à ces questionnements, et surtout de prendre des décisions biaisées par l’intuition ou l’émotion, il est essentiel de se faire accompagner. Seul un professionnel pourra vous guider dans le choix du bon véhicule de placement et dans la gestion de vos actifs.

A lire aussi

Comment investir en bourse ?

Nalo vous propose cet accompagnement grâce à une gestion pilotée unique en son genre. En réalisant une simulation gratuite, vous pourrez obtenir une recommandation d’investissement et une estimation de vos gains potentiels.

Vous souhaitez investir ?

Obtenez une recommandation en quelques clics puis souscrivez en ligne.
Démarrer une simulation

Pourquoi investir ? Être acteur de la croissance économique

Vos placements ne sont pas bénéfiques que pour vos finances : ils ont aussi un impact positif, direct ou indirect, sur l’économie dite « réelle », qui désigne la production concrète de biens et services.

A savoir

Investir ne veut pas dire « jouer en bourse »

L’expression « jouer en bourse » est assez répandue pour désigner les placements opérés sur les marchés financiers. Elle fait en réalité référence à la spéculation, un terme souvent associé à l’investissement mais qui répond à une logique très différente :

  • investir, c’est mettre votre argent à disposition d’une ou de plusieurs entreprises à des fins économiques et en attendre les retombées ;
  • spéculer, ou « jouer » en bourse, c’est faire des opérations d’achat et de vente de titres financiers dans l’espoir de tirer profit des variations de leurs prix.

Nous vous recommandons d’éviter la spéculation boursière, pour investir et valoriser votre patrimoine sur le long terme.

A lire aussi

Faut-il jouer en bourse ou investir ?

Financer des sociétés cotées par l’intermédiaire de la Bourse

Les acteurs de l’économie réelle, c’est à dire les entreprises, peuvent avoir recours à plusieurs moyens pour financer leur croissance : l’autofinancement, le crédit bancaire ou les marchés financiers. Dans ce dernier cas de figure, ils émettent des actions (parts de capital) ou des obligations (titres de créances) qui seront échangées sur le marché boursier.

En tant qu’investisseur, vous pouvez devenir acquéreur de ces titres et donc propriétaires d’une partie du capital ou de la dette de ces entreprises. Vous leur permettez ainsi de croître en finançant leurs investissements, et percevez en contrepartie une rémunération.

Dans le cas des actions, cette rémunération est constituée : 

  • des dividendes versés par l’entreprise à ses actionnaires,
  • de la plus-value réalisée en revendant l’action à un prix supérieur au prix d’achat.

Dans le cas des obligations, vous percevez des intérêts versés par l’entreprise, et pouvez également réaliser une plus-value au moment de la vente du titre. 

Dans les deux cas, en investissant en bourse, vous participez à la création de richesse de l’économie, tout en en récoltant les fruits !

Soutenir directement des PME non-cotées

Pourquoi ne pas investir directement dans les entreprises qui en ont besoin, sans passer par les marchés financiers ? C’est tout à fait possible, notamment pour accéder à des entreprises de petite taille qui ne sont pas cotées en bourse. Plusieurs dispositifs existent.

Le capital-investissement

Le capital-investissement ou private equity consiste à investir dans des entreprises non cotées (ETI, PME ou startups). Ce type de placement prisé des investisseurs institutionnels est également accessible aux particuliers via deux types de fonds, les FCPR et les FCPI. Si le gain potentiel est élevé, le risque de perte en capital l’est tout autant et la liquidité de ces produits est faible, ce qui les destine essentiellement aux investisseurs avertis.

Le financement participatif

Le financement participatif ou crowdfunding est pour sa part destiné aux investisseurs particuliers. Il leur permet de participer à la réalisation de projets qui leur tiennent à cœur en y contribuant financièrement, par l’intermédiaire d’une plateforme en ligne. Ces contributions peuvent prendre la forme de dons, mais aussi de prêts (on parle alors de crowdlending) ou d’investissements en capital (crowdequity).

Dans ces deux derniers cas, les investisseurs sont rémunérés par les intérêts ou les dividendes et peuvent ainsi percevoir des rendements particulièrement intéressants : les plateformes de crowdlending affichent des rendements compris entre 3 et 12 % selon les secteurs, tandis que le crowdfunding immobilier a offert en 2019 un rendement moyen de 9,2 % 3. Il n’est donc pas surprenant que le financement participatif prenne une place de plus en plus importante dans l’épargne des français, avec une croissance de 56 % en 20194.

Nous recommandons toutefois une approche prudente de ce type de placements, en raison de leur risque de liquidité et du risque de faillite qui pèse sur les petites entreprises.

A lire aussi

Tout ce que vous devez savoir sur le financement participatif

Pourquoi investir ? Donner du sens à son épargne

En investissant, vous participez donc à la croissance économique au-delà de la simple croissance de votre capital. Mais vous pouvez aller plus loin dans cette démarche vertueuse, en choisissant de financer spécifiquement des entreprises contribuant au développement durable et à l’écologie. Il suffit pour cela d’opter pour des fonds d’investissements dits ISR, spécialisés dans l’Investissement Socialement Responsable. Ces fonds sélectionnent des entreprises en tenant compte de critères extra-financiers, le plus souvent sociaux et environnementaux.

Si vous faites déjà partie des trois quarts de français qui prennent en compte le développement durable dans leur vie quotidienne (consommation, transports…)5, vous avez une excellente raison d’investir « responsable » en intégrant également cet enjeux à la gestion de vos placements, afin de donner du sens à votre épargne.

Faut-il choisir entre responsabilité et performance ?

L’objectif des fonds ISR n’est pas seulement éthique. Ils visent aussi, comme les fonds traditionnels, à générer du rendement pour l’investisseur. Mais leurs contraintes de sélection ne brident-elles pas leur performance ? De nombreuses études se sont penchées sur cette question, arrivant toutes à la même conclusion : la performance des placements responsables est identique, voire supérieure, à celle des placements classiques.

Inutile donc, de choisir entre responsabilité et performance, même en période de turbulences sur les marchés. MSCI a ainsi indiqué dans une publication récente que 15 de ses 17 indices durables avaient surperformé leurs indices de référence traditionnels associés pendant la crise du Covid-19, un constat valable pour l’ensemble des régions et des méthodologies de calcul6.

A lire aussi

Les investissements éco-responsables sont-ils moins performants ?

Comment devenir un investisseur responsable ?

Tous les outils existent pour concilier performance financière et performance écologique et sociale de vos placements. Comme pour les investissements traditionnels, il est possible d’investir dans des fonds responsables au sein d’un compte-titres, d’un PEA ou d’une assurance-vie. Il peut s’agir de fonds traditionnels ou d’ETF.

  • Certains sont labellisés “ISR” pour Investissement Socialement Responsable    
  • D’autres sont labellisé “ESG” pour les critères de sélection qu’ils utilisent     (Écologiques, Sociaux et de Gouvernance) 
  • D’autres enfin adoptent une approche sectorielle, investissant dans un secteur particulier lié à l’écologie, par exemple le traitement de l’eau et des déchets ou les énergies renouvelables.

A lire aussi

Comment souscrire un placement écologique et socialement responsable ?

Ce que Nalo peut faire pour vous

Faire fructifier votre patrimoine, financer la croissance, avoir un impact éco-responsable : quelle que soit votre bonne raison d’investir, Nalo vous accompagne pour atteindre vos objectifs, en maximisant vos rendements tout en minimisant vos risques.

Nalo est une entreprise d’investissement dédiée aux particuliers, qui vous propose :

  • un contrat d’assurance-vie à la fiscalité avantageuse;
  • composé à 100 % d’ETF, qui vous garantissent des placements diversifiés et performants à moindres frais;
  • en gestion déléguée sur-mesure, afin de confier à des professionnels l’optimisation de votre portefeuille en fonction de vos objectifs et de vos projets.

Les ETF sont composés de centaines d’actions et d’obligations, et vous permettent donc de participer à la croissance de l’économie réelle par l’intermédiaire des marchés financiers. Si vous souhaitez réaliser des investissements porteurs de valeurs, vous pouvez faire le choix de vous constituer un portefeuille éco-responsable avec des ETF ISR. 

Sources

1Revenus bruts annuels. Source : INSEE

2Moyenne de la performance annualisée sur 10 ans des 3 indices boursiers de référence pour les actions américaines, les actions européennes et les actions des pays émergents

3Source : FundImmo, Baromètre annuel 2019 du crowdfunding immobilier en France

4Source : FPF / Mazars, Baromètre annuel du crowdfunding en France 2019

5Source : AMF, Finance durable, placements responsables : état des lieux des perceptions des français

6 Source : MSCI,  https://www.msci.com/www/blog-posts/msci-esg-indexes-during-the/01781235361

Cet article vous a-t-il été utile ?

Custom EmptyCustom EmptyCustom EmptyCustom EmptyCustom Emptynote moyenne 0/50 avis

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée

Vous acceptez la politique de commentaire