Placements senior : comment obtenir un complément de revenu à la retraite ?

placements senior Nalo

L’essentiel :

  • L’assurance-vie permet de se constituer un complément de revenu à la retraite et est un excellent outil de succession ;
  • Le vente en viager d’un bien immobilier permet de se constituer une rente à vie ;
  • Ouvrir un PEA et choisir l’immobilier locatif ne sont pas recommandés à la retraite.

A la retraite, les revenus baissent alors que les charges tendent à augmenter. Le régime général et les complémentaires retraite ne suffisent pas toujours pour subvenir aux besoins croissant liés à la dépendance. Un complément de revenu est nécessaire ; quels sont les placements senior à privilégier ?

Les caractéristiques principales des placements senior

Lorsqu’on souhaite investir après 65 ans, deux caractéristiques principales sont à prendre en compte afin de déterminer si un placement est bon ou non :

  • Le niveau de risque associé : puisque les charges augmentent avec l’âge, votre épargne doit rester disponible et peu exposée à la volatilité. Il faudra privilégier les placements sécurisés à ceux plus rémunérateurs mais aussi plus risqués.
  • Le régime successoral associé : certains placements permettent plus que d’autre de transmettre son patrimoine. La différence se fait notamment sur la fiscalité.

Au regard de ces deux dimensions, l’assurance-vie constitue le meilleur placement.

Top 3 des placements seniors à privilégier

1 – L’assurance-vie

L’assurance-vie est une enveloppe fiscale polyvalente et flexible. Elle sert entre autre pour :

  • se constituer une épargne de disponibilité,
  • préparer un achat immobilier,
  • prévoir un complément de revenu à la retraite,
  • anticiper une succession.

En tant qu’enveloppe fiscale, l’assurance-vie permet de placer son argent sur des fonds euros garantissant le capital, sur des fonds obligataires peu risqués ou sur des fonds en actions offrant plus de performance. Un portefeuille majoritairement composé de fonds euros et de fonds obligataires pourra offrir des rendements réguliers et plus intéressants qu’un livret ou qu’une assurance-vie exclusivement composée de fonds à capital garanti. Il est possible de souscrire une assurance-vie en gestion pilotée, afin de déléguer la gestion de son placement à un professionnel. C’est LE placement à privilégier pour un senior.

L’assurance-vie est aussi un formidable outil de succession. Elle permet à chaque bénéficiaire d’être exonéré de droits de succession jusqu’à 152 500 euros transmis. Au-delà de 152 500 euros et jusqu’à 700 000 euros, l’impôt s’élèvera à 20%. Ensuite, l’imposition s’élèvera à 31,25 %. Ces barèmes sont toutefois valables seulement pour les versements réalisés avant vos 70 ans. Au delà, l’abattement en vigueur s’élève à 30 500 euros pour tous les bénéficiaires.

Estimer ses droits de succession

2 – Le viager

Le viager est un acte de vente d’un bien immobilier qui permet, si c’est un viager occupé, au vendeur d’en garder l’usufruit. C’est une pratique extrêmement efficace pour gonfler ses revenus à la retraite. Il est notamment plébiscité pour plusieurs de ses aspects :

  • le vendeur (le crédirentier) continue à habiter dans le logement;
  • le crédirentier bénéficie d’une rentrée d’argent (immédiate puis régulière, sous forme de rente) pour financer ses nouvelles dépenses courantes, ou pour placer à un taux intéressant sur une assurance-vie;
  • le crédirentier ne se soucie plus des charges inhérentes à la propriété;
  • le crédirentier peut faire des donations à ses enfants.

Ce que le viager rapporte

Au moment de la vente, le vendeur reçoit un bouquet, c’est-à-dire une partie du montant de la vente. Ce versement n’est pas impératif, il est librement et contractuellement déterminé entre les parties. Le reste de la vente est réglée sous forme de rente, versée jusqu’à la fin de la vie du vendeur. En général, le bouquet représente 30% du prix total du bien immobilier. Le contrat de rente viagère est obligatoirement formalisé devant un notaire.

Plus le vendeur est âgé, plus il peut tirer une rente élevée de la vente de son bien immobilier. Il est conseillé d’attendre 65 ans avant d’essayer de vendre son bien en viager.

La fiscalité du viager

Le revenu issu d’une vente en viager occupé est soumis à la fiscalité sur quatre niveaux :

  • Les rentes perçues sont soumises à l’impôt sur le revenu . Ces montants sont cependant en partie exonérés selon l’âge du vendeur au moment de la vente. Un crédirentier qui a vendu à 70 ans et plus ne sera imposé que sur 30% de sa rente (40% entre 60 et 69 ans, 50% entre 50 et 59 ans, 70% pour les moins de 50 ans).
  • Le crédirentier est redevable de la taxe foncière s’il conserve l’usufruit de son bien (pour lui-même ou la location).
  • Le viager peut-être soumis à une taxation des plus-values (comme pour n’importe quelle vente immobilière) si le bien concerné n’était pas une résidence principale.

3 – La détention de parts de SCPI

Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier permettent d’investir en immobilier de manière mutualisée. Ce faisant, vous détenez une partie de plusieurs biens. L’avantage est bien évidemment le ticket d’entrée. Nul besoin de dépenser plusieurs centaines de milliers d’euros pour bénéficier des rendements immobiliers.

Autre point intéressant, détenir des parts de SCPI permet d’investir dans l’immobilier sans avoir à s’en occuper directement. En effet, il peut être difficile de trouver des locataires et d’assurer la gestion du bien. Via une SCPI, c’est la société qui se chargera de tout. Vous recevrez tout simplement la part de loyer qui vous revient.

Attention toutefois aux frais d’entrée qui sont généralement élevés et peuvent s’élever jusqu’à 12% pour certaines SCPI : ils affectent grandement la performance. La performance moyenne des SCPI en 2018 était de 4,35%. Ce rendement tend à diminuer d’année en année, néanmoins les rendements des SCPI jouissent d’une certaine stabilité. D’autre part, un placement dans une SCPI est soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu (sans oublier les prélèvements sociaux). Il n’est donc pas à privilégier pour ceux qui ont une tranche marginale d’imposition de 30% et plus.

Les placements senior à éviter

Dans la catégorie des placements à éviter quand on a plus de 65 ans, deux sortent du lot :

  1. Le Plan Épargne en Actions (PEA) : il est adapté pour un investissement en bourse. A la différence de l’assurance-vie, il ne permet pas de sélectionner des fonds en euros, au capital garanti. Le PEA sera uniquement composé de supports d’investissement présentant des risques de perte en capital. Sa fiscalité intéressante est moins primordiale puisque votre imposition baisse avec vos revenus.
  2. L’immobilier locatif : avec l’âge, il devient de plus en plus difficile de prendre en charge la gestion d’un bien immobilier. Recherche de locataire, sélection de dossiers, suivi des travaux, etc., toutes ces tâches chronophages peuvent se révéler très pénibles en vieillissant.

Ce que Nalo peut faire pour vous

Nalo est un conseiller financier en ligne qui vous propose le placement senior le plus adapté à votre situation. Suite à un questionnaire détaillé, notre algorithme identifie la meilleure allocation de portefeuille dans le cadre d’une assurance-vie. Vous bénéficiez par ailleurs de la performance des fonds indiciels (ou ETF) à moindre frais (deux fois moins cher qu’une banque traditionnelle ou en ligne).

Hugo Bompard

Hugo Bompard

Statisticien Économiste, précédemment chercheur au Centre de Recherche en Statistique et en Économie, Hugo Bompard est Directeur Scientifique de Nalo.

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.