Faut-il garder son assurance-vie en 2024 ?

Experts de la finance, de l’investissement et de la gestion de patrimoine.

Publié le

Temps de lecture :

L’assurance-vie continue de susciter l’intérêt des épargnants. Face à une fiscalité avantageuse et des taux en constante évolution, ce placement reste attractif. Pourtant, cet investissement n’est pas exempt de questionnements. La rentabilité, les performances et le rendement des fonds euros sont autant de sujets à prendre en compte. Alors, faut-il conserver son assurance-vie en 2024 ? C’est ce que nous allons explorer.

Comprendre le fonctionnement de l’assurance-vie en 2024

L’assurance-vie est un placement à double facette. D’une part, on a l’assurance en cas de vie, où le souscripteur peut récupérer son capital à tout moment. De plus, c’est un dispositif d’épargne, un placement d’investissement avec un bon potentiel de rendement. Elle offre également des avantages fiscaux significatifs, surtout lors des rachats après la 8ème année.

La souscription d’une assurance-vie implique des versements, qui peuvent être programmés ou libres. Ces versements sont investis sur différents supports d’investissement, comme des fonds en euros offrant sécurité et rendement garanti, ou des unités de compte, avec des risques de perte en capital mais un potentiel de gains plus élevé.

L’assurance-vie fonctionne donc comme un contrat entre l’assureur et le souscripteur, où ce dernier effectue des versements qui sont ensuite gérés par l’assureur.

Les taux d’intérêt des assurances-vie en 2023

En 2023, les taux d’intérêt des assurances-vie connaissent une évolution notable. Après un creux historique en 2021 avec une moyenne de 1,10%, les taux remontent progressivement. En 2022, ils atteignent en moyenne 1,92%. Les prévisions pour 2023 indiquent une hausse significative avec une moyenne attendue de 2,5% d’après le cabinet de conseil Facts & Figures.

Cependant, il convient de noter que ces taux ne seront pas uniformes pour tous les contrats. En effet, des disparités importantes sont prévues, avec des taux pouvant varier de 1,80 % à 4,50 % selon les contrats d’assurance-vie. Ces variations s’expliquent par la nature des contrats et les stratégies d’investissement des assureurs.

Face à cette hausse des taux, l’assurance-vie en 2024 offre aux investisseurs des opportunités de rendements plus élevés par rapport aux années précédentes. Toutefois, le choix d’une assurance-vie doit prendre en compte plusieurs facteurs, tels que la nature du contrat, les frais de gestion, et le profil de l’investisseur.

Rendement et performance des assurances-vie en 2023

Comparatif des performances des assurances-vie

Pour comparer les performances des assurances-vie en 2023, nous allons nous baser sur plusieurs critères dont le rendement, la stabilité et la diversité des supports d’investissement.

Selon les résultats du baromètre annuel de l’assurance-vie du cabinet Facts and Figures, le rendement moyen pour 2023 est de 2,5%. Cependant, ce taux n’est qu’une moyenne et il existe des disparités significatives selon les contrats.

En termes de performances, certains contrats se distinguent notamment :

Ces performances sont bien entendu à moduler en fonction de votre profil d’investisseur et de vos objectifs. Il est donc crucial de bien étudier les différentes offres avant de faire votre choix.

Est-il normal de perdre de l’argent avec son assurance-vie ?

Il est possible de subir des pertes avec une assurance-vie, surtout si vos placements sont majoritairement en unités de compte. Celles-ci sont liées aux fluctuations des marchés financiers et peuvent donc connaître des baisses. Ainsi, une mauvaise année boursière peut entraîner une diminution de la valeur de votre contrat.

C’est notamment le cas si vous décidez de retirer votre argent pendant une période de baisse. Cependant, une stratégie d’investissement à long terme permet souvent de lisser ces fluctuations et de profiter des périodes de hausse des marchés. Il est donc essentiel de bien diversifier ses placements et de ne pas paniquer lors des périodes de turbulence sur les marchés.

Comment est calculé le rendement d’une assurance-vie ?

Le rendement d’une assurance-vie est déterminé par plusieurs facteurs, dont le type de contrat et la stratégie d’investissement de l’assureur. Pour les contrats en fonds euros, le rendement est généralement garanti et stable. Pour ceux en unités de compte, il dépend des performances des marchés financiers sur lesquels sont investis les fonds.

Le rendement d’une assurance-vie est généralement exprimé en pourcentage du capital investi et est calculé en fin d’année. Il comprend les intérêts générés par les placements et, dans le cas des contrats en unités de compte, les éventuelles plus-values réalisées.

Formule de calcul du rendement :

Rendement = (Valeur finale – Valeur initiale) / Valeur initiale * 100

Où :

  • Valeur finale est la valeur du contrat à la fin de l’année
  • Valeur initiale est la valeur du contrat au début de l’année

Il est essentiel de noter que ce rendement est brut. Pour obtenir le rendement net, il faut déduire les frais de gestion et les prélèvements sociaux.

Quel est l’intérêt de garder son assurance-vie en 2024 ?

Garder son assurance-vie présente plusieurs avantages. D’une part, les taux d’intérêt sont en hausse, offrant des opportunités de rendements plus élevés. D’autre part, l’assurance-vie reste un placement privilégié pour la diversité de ses placements et la transmission du patrimoine. De plus, en conservant votre contrat d’assurance-vie, vous profitez d’une fiscalité avantageuse après 8 ans de détention. En effet, vous pouvez bénéficier d’un abattement annuel sur les gains retirés, ce qui peut s’avérer très intéressant en termes de gestion de votre patrimoine.

Enfin, le maintien de votre assurance-vie en 2024 vous permet de continuer à profiter des plus-values générées par les placements réalisés par l’assureur, tout en ayant la possibilité d’effectuer des retraits à tout moment (bien que soumis à une fiscalité sur les intérêts).

Cependant, il est essentiel de garder à l’esprit que l’assurance-vie est un investissement à long terme. Son intérêt ne se limite pas à une question de rendement annuel, mais aussi à la capacité de répondre à des problématiques à plus long terme, comme la préparation de sa retraite ou la transmission de son patrimoine à ses proches.

La collecte des assurances-vie en 2024

Au cours de l’année 2023, la collecte des assurances vie a connu des fluctuations, avec des périodes de collecte nette négative et positive. En août 2023, la collecte nette s’établit à +1,7 milliard d’euros, portant l’encours à 1 907 milliards d’euros. Notons la performance remarquable du Plan d’Épargne Retraite (PER) qui confirme mois après mois son attractivité.

D’un autre côté, la collecte nette a fléchi au mois de mai, s’établissant à −1,6 milliard d’euros. Cela s’explique notamment par une baisse des cotisations en assurance-vie de −1,5 milliard d’euros par rapport à mai 2022. Cependant, malgré ce ralentissement temporaire, la collecte nette demeure positive sur l’ensemble de l’année.

Il est également intéressant de noter l’impact des fonds en euros sur la collecte. En janvier 2023, la collecte nette des fonds en euros est fortement négative, à – 2,4 milliards d’euros, en raison d’un effet « pouvoir d’achat » et d’un effet « Livret A ».

L’encours des assurances-vie en 2023

En 2023, l’encours des assurances vie a connu une augmentation notable. Après avoir atteint 1 842 milliards d’euros à la fin de 2022, les encours ont franchi pour la première fois le seuil des 1 900 milliards d’euros en juin 2023, grâce à une collecte nette positive. Cela représente un jalon important dans l’histoire de l’assurance-vie, reflétant l’attrait constant des épargnants pour ce type de placement.

Il faut noter que la répartition entre les fonds en euros et les unités de compte (UC) continue d’évoluer. En mars 2023, les cotisations en assurance-vie enregistrent une hausse de +6 %, avec une augmentation de +4 % pour le compartiment en euros et de +10 % pour celui en UC. Cela témoigne d’une appétence croissante pour les UC, malgré leur niveau de risque plus élevé.

Cependant, les fonds euros représentent toujours la majorité des encours en assurance-vie, avec 80% du total en 2023.

Les obligations liées à l’assurance-vie

Quand arrêter son assurance-vie ?

La décision d’arrêter son assurance-vie dépend de plusieurs facteurs tels que vos objectifs financiers, votre situation personnelle, la performance de votre contrat et l’évolution du marché.

Si vous envisagez d’arrêter votre assurance-vie en 2024, voici quelques situations qui pourraient justifier cette décision :

  • Vos objectifs financiers ont changé : il est important de réfléchir soigneusement avant de prendre la décision de mettre fin à un contrat d’assurance-vie, surtout si vous l’aviez initialement souscrit dans le but de préparer votre retraite. Même si vous êtes désormais à la retraite, ce contrat peut continuer à jouer un rôle clé dans votre planification financière.
    Il offre une sécurité financière supplémentaire, pouvant servir de coussin en cas d’imprévus ou de besoins non anticipés. De plus, l’assurance-vie peut être un moyen efficace de transmettre votre patrimoine à vos héritiers de manière fiscalement avantageuse.
  • La performance de votre contrat est décevante : Même si la performance de votre contrat peut actuellement sembler décevante, notamment si le rendement est inférieur à vos attentes ou si les frais de gestion sont élevés, il pourrait être plus judicieux de le conserver en vue de bénéfices futurs. Il est important de considérer la possibilité que la situation s’améliore avec le temps, particulièrement dans un contexte économique fluctuant où les performances des placements peuvent varier. Avant de prendre une décision.
  • Vous avez besoin de liquidités : En cas de besoin urgent de liquidités, vous pourriez être tenté de racheter votre contrat. Cependant, sachez que le rachat d’une assurance-vie peut avoir des conséquences fiscales.
  • L’évolution du marché financier est défavorable : Il est vrai qu’en 2024, les marchés financiers sont susceptibles d’être influencés par divers facteurs, tels que l’inflation ou une éventuelle récession. Cependant, il est important de se rappeler que l’assurance-vie est généralement conçue comme un investissement à moyen ou long terme.
    Avant de décider d’arrêter votre contrat d’assurance-vie en raison de ces conditions, il peut être judicieux de réfléchir aux perspectives à plus long terme. Les marchés peuvent se redresser et les conditions économiques peuvent évoluer favorablement. Ainsi, maintenir votre contrat pourrait vous permettre de bénéficier de la récupération potentielle du marché à l’avenir.

Comme toujours, il est recommandé de consulter un conseiller financier pour une analyse approfondie de votre situation et pour évaluer les meilleures options adaptées à vos objectifs financiers personnels.

Est-il intéressant d’ouvrir une assurance-vie cette année ?

Ouvrir une assurance-vie peut être intéressant pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les prévisions de rendement sont en hausse, avec une moyenne attendue de 3%. De plus, l’assurance-vie en 2024 offre des opportunités d’investissement attrayantes grâce aux évolutions réglementaires et aux innovations technologiques.

Enfin, l’assurance-vie reste un placement préféré des Français pour sa flexibilité et ses avantages fiscaux. Pensez toutefois à bien étudier les offres et à consulter un conseiller financier avant de prendre une décision.

Faut-il craindre une baisse des assurances-vie en 2024?

La question de la baisse des assurances vie est légitime au vu des fluctuations observées sur le marché. Plusieurs facteurs peuvent influencer les performances des contrats d’assurance-vie. En effet, une récession économique, des changements réglementaires ou une hausse des taux d’intérêt peuvent exercer une pression à la baisse sur les rendements.

Il faut également noter que la nature des contrats d’assurance-vie influence également leur performance. Par exemple, les contrats en unités de compte, qui investissent sur les marchés financiers, sont plus susceptibles de subir des baisses en période de turbulence économique. Cependant, malgré ces risques, il n’est pas nécessaire de craindre systématiquement une baisse des assurances vie. En effet, les conseillers financiers comme Nalo, mettent en œuvre des stratégies de gestion pour atténuer l’impact des fluctuations de marché et offrir une certaine stabilité et une diversification des risques aux souscripteurs.

Choisir la meilleure assurance-vie en 2024

Pour choisir la meilleure assurance-vie en 2024, plusieurs critères sont à prendre en compte. Le rendement est un élément fondamental, avec une moyenne prévue de 3%. Cependant, des disparités importantes sont à prévoir selon la nature des contrats.

Il est aussi essentiel d’examiner les frais de gestion, qui peuvent varier d’un contrat à un autre et impacter significativement le rendement. Nalo présente par exemple des frais parmis les plus bas du marché.

La diversité des supports d’investissement proposés est également à considérer. Certains contrats offrent un large choix de fonds en euros, d’unités de compte et de supports immobiliers, ce qui permet une diversification optimale de votre épargne.

Enfin, n’oubliez pas de tenir compte de la solidité financière de l’assureur, un gage de sécurité pour votre épargne sur le long terme.

Rémunération de l’assurance-vie en euros en 2023

La rémunération de l’assurance-vie en euros en 2023 est marquée par une augmentation significative. Cependant, il est important de préciser que cette moyenne peut cacher de grandes disparités selon la nature des contrats. En effet, les taux de rendement peuvent varier de 1,80% à 4,50% selon les contrats d’assurance-vie. Par ailleurs, les fonds euros classiques, immobiliers, dynamiques ou encore euro-croissances présentent tous des taux de rendement distincts.

Impact de l’inflation sur les taux d’intérêt des assurances vie en euros

En 2023, l’inflation élevée impacte directement les taux d’intérêt des assurances vie en euros. Lorsque l’inflation est forte, elle booste les rendements des fonds en euros. Ainsi, en 2023, alors que l’inflation dépasse les 5%, les taux des fonds en euros, qui étaient à 1,92% en 2022, ont connu une hausse notable. Cependant, il faut noter qu’une inflation élevée peut aussi diminuer le rendement net réel des fonds en euros. En effet, si le revenu procuré par ces fonds est inférieur à l’inflation, le rendement net réel devient négatif.

Vous souhaitez investir ?

Obtenez une recommandation en quelques clics puis souscrivez en ligne.
Démarrer une simulation

Cet article vous a-t-il été utile ?

Custom FullCustom FullCustom FullCustom FullCustom Emptynote moyenne 4.2/520 avis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée

Vous acceptez la politique de commentaire