Quelles sont vos excuses pour ne pas investir ?

Paysage

L’essentiel

  • Les rendements des fonds en euros sont destinés à diminuer.
  • Investir contribue à la croissance et aux développements d’entreprise.
  • Les petits patrimoines ont désormais accès aux conseils personnalisés d’un expert.

Les Français épargnent beaucoup mais investissent peu, souvent pour de mauvaises raisons. Pourtant, investir sur le long terme leur permettrait d’améliorer leur pouvoir d’achat. Et vous, quelles sont vos excuses pour ne pas investir ?

Investir fait peur

Beaucoup d’épargnants n’investissent pas par peur du risque.  Les livrets et les fonds à capital garanti dominent donc largement dans le panorama.

Majoritairement placés en obligations d’Etat, les fonds en euros sont appelés à être durablement plombés par la baisse des taux directeurs. La baisse continue de la rémunération des fonds en euros de l’assurance-vie, comme des livrets bancaires, ou du plan épargne logement poussent à modifier les habitudes de placements. Les investissements réalisés sur les livrets bancaires devront même sous-performer l’inflation attendue.

En investissant sur des fonds en euros, vous ne risquez pas de perdre de l’argent mais vous vous exposez à ne pas en gagner beaucoup non plus. En revanche, en investissant sur les unités de compte, vos placements risquent de subir des baisses, mais sur le long terme le potentiel de gain est plus élevé. Rien ne sert donc de s’alarmer à la moindre chute. En effet, le risque n’est pas que vos investissements subissent des pertes momentanées, mais qu’ils en subissent au moment où vous avez besoin de votre argent. C’est dans ces moments-là que vous concrétisez des moins-values. Cette distinction est essentielle. Votre prise de risque doit donc s’adapter à vos objectifs financiers et à leurs horizons de temps.

En outre, vous pouvez réduire ce risque en diversifiant votre portefeuille d’obligations et d’actions. En investissant à long terme, vos investissements seront répartis dans le temps et étalés sur des périodes de hausse ou baisse des marchés financiers. Ces fluctuations à la baisse peuvent être effacées pour les investisseurs patients. Vous ne misez pas comme au casino, vous n’avez donc aucun risque de tout perdre.

Le contraste est d’autant plus renforcé par le souci de participer au financement de l’économie. En investissant, vous contribuez aux développements et à la croissance des entreprises.

 

Investir, c’est compliqué

L’investissement financier fait appel à divers domaines : droit, fiscalité, gestion de patrimoine, psychologie. Néanmoins, s’informer n’est plus très compliqué et vous n’avez absolument pas besoin d’être un professionnel de la finance pour vous lancer. Vous avez, par exemple, la possibilité d’étoffer votre culture financière via notre blog. De plus, seulement 1 Français sur 4 prennent conseil auprès d’un professionnel. Cependant, le conseil en gestion de patrimoine s’est largement démocratisé. Il est possible d’avoir une recommandation personnalisée en ligne en quelques clics et de déléguer la gestion de ses investissements à une équipe de professionnels. On parle de gestion sous mandat.

 

Investir, c’est du temps

Vous travaillez beaucoup, vous devez vous occuper de vos 2 enfants et vous vous dites que vous n’avez pas de temps à consacrer à votre épargne. Cependant, il est, par exemple, possible de souscrire à un contrat d’assurance-vie en ligne et cela ne vous prendra que quelques dizaines de minutes.

Par ailleurs, investir tôt permet de profiter de la puissance des intérêts cumulés. Par exemple, supposons que vous placez 10 000 avec un rendement moyen de 5% par an. Au bout de la première année, l’intérêt aura donc généré 50 € (soit 5% de 1 000 €). Cette somme viendra s’ajouter à votre capital et vous disposerez désormais de 10 050 €. Si vous décidez de ne pas toucher à cette épargne, l’intérêt de 5 % qui vous est dû au titre de la deuxième année sera calculé à partir de cette base de 10 050 €. Et ainsi de suite : votre capital aura doublé en moins de quinze ans.

 

Investir est réservé aux plus fortunés

Ici encore, c’est une fausse croyance. L’investissement financier n’est pas un domaine réservé exclusivement aux plus aisés.

En fonction de l’importance de votre patrimoine financier, différentes offres de gestion s’offraient à vous. À partir de 150 000 euros hors immobilier, la gestion patrimoniale reste basée sur des produits standardisés mais en tenant compte de vos spécificités : défiscalisation, gestion sous mandat,… Un patrimoine plus conséquent est généralement synonyme d’entrée dans la catégorie plus feutrée de la gestion privée (un million d’euros de patrimoine). L’intérêt réside ici dans l’étendue et la personnalisation des services proposés. Les problématiques abordées sont financières, mais aussi fiscales et juridiques.

Cependant, l’offre de service n’est plus aussi segmentée. La technologie a permis la démocratisation de la gestion de patrimoine. En effet, il n’est pas nécessaire d’avoir un patrimoine conséquent pour investir et profiter d’un accompagnement de qualité. En investissant dans des fonds (OPCVM ou ETF) , 1 000 à 5 000 euros suffisent pour profiter d’un accompagnement personnalisé.

 

Investir avec Nalo

Nalo est un service d’investissements financier innovant, sophistiqué mais simple à utiliser. Accessible dès 1000 euros + versements mensuels de 50 euros ou dès 5 000 euros, sans obligation de versement, Nalo propose un accompagnement personnalisé. Vous pouvez obtenir une recommandation en ligne, en quelques clics.

Nous adaptons votre prise de risque en fonction de votre situation patrimoniale, de vos objectifs financiers et leurs horizons de temps. Nous nous chargeons de faire évoluer vos allocations en fonction des conditions économiques et financières et nous sécurisons progressivement vos investissements au cours du temps.

 

Sources

Etude BlackRock – Global investor pulse

Pour en savoir plus, rendez-vous sur notre site, ou faites une simulation d'investissement :

Alexandre Fleurquin

Alexandre Fleurquin

Chef de projet marketing digital

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.