Comment investir en actions sérieusement

Statisticien Économiste, chercheur au Centre de Recherche en Statistique et en Économie.

Publié le

Temps de lecture :

L’Essentiel

  • Inutile de chercher la bonne action au bon moment : minimiser les frais et maximiser le temps passé dans le marché sont deux des principaux leviers de performance d’un investissement boursier réussi.
  • Choisir le bon intermédiaire financier et la bonne enveloppe fiscale sont des choix importants à faire le plus tôt possible.
  • La gestion passive sous mandat est à privilégier dans la plupart des cas afin de maximiser le potentiel de rendement d’un investissement en actions.

Investir en actions permet d’obtenir des rendements particulièrement attractifs, mais pour en profiter pleinement, encore faut-il parvenir à dompter la forte volatilité de cette classe d’actif. Pour investir en bourse avec succès, il est en effet essentiel de constituer un portefeuille d’actions intelligent grâce au respect de quelques bonnes pratiques simples.

Voici nos 7 conseils pour investir en actions intelligemment et faire fructifier votre capital tout en finançant l’économie réelle et ses grandes entreprises.

Comment investir en actions

Au moment d’investir en actions, la plupart des investisseurs imaginent que leur priorité est avant tout de sélectionner les bons titres financiers et d’investir au bon moment. Les conseils les plus utiles sont pourtant bien éloignés de ces idées reçues !

A lire aussi

Pourquoi investir son épargne ?

1. Choisir la bonne méthode de gestion

Pour investir en actions, un investisseur a le choix entre deux modes de gestion distincts. 

D’une part, la gestion active qui consiste à sélectionner certaines actions plutôt que d’autres (stock picking) ou à tenter de trouver les meilleurs points d’entrée et de sortie (market-timing). Le tout dans le but de “battre le marché”.

Et d’autre part, la gestion passive dont l’objectif est tout simplement de diversifier du mieux possible un portefeuille d’investissement afin d’optimiser son couple rendement/risque.
D’abord de façon théorique avec le Prix Nobel Eugène Fama et son hypothèse d’efficience des marchés, puis de façon pratique avec les études SPIVA, la gestion passive a depuis longtemps déjà démontré sa nette supériorité face à l’approche active.

Le conseil de Nalo

Pour un particulier n’ayant ni l’expertise ni le temps nécessaires pour gérer en direct et avec professionnalisme ses investissements en actions, mieux vaut déléguer cette tâche à un mandataire.

2. Diversifier à moindres frais

En raison de la forte volatilité de chacune des actions qui le composent, le marché actions effraie bon nombre d’investisseurs. Pourtant, il est possible de diminuer drastiquement la volatilité d’un investissement en actions grâce à la mise en place d’une stratégie de diversification adaptée. Les risques spécifiques de chacune des actions du portefeuille pouvant alors se compenser mutuellement.

Le recours à des placements financiers tels que les Organismes de placement collectifs en valeurs mobilières (OPCVM) et les fonds indiciels (ETF) pouvant être détenus au sein d’une assurance-vie permettent d’atteindre une diversification optimale à moindres frais.

A savoir

 En dépit d’un fonctionnement similaire, les ETF sont préférables aux OPCVM traditionnels, notamment en raison de la faiblesse de leurs frais.

3. Maximiser son time in market

Si les actions présentent un rendement élevé, cela signifie que le temps passé en dehors de ce marché présente un coût d’opportunité important. Chercher à faire des paris sur l’évolution des prix à court terme n’étant d’aucune utilité (cf. conseil N°1), mieux vaut donc chercher avant tout à maximiser votre time in market, c’est-à-dire le temps passé dans le marché à faire travailler votre argent. Vous bénéficierez ainsi de la puissance des intérêts composés.
Par conséquent, investir en actions de façon optimale requiert de maîtriser ses émotions et de ne surtout pas se désinvestir lors des périodes de récessions économiques ou de krachs boursiers en dépit de la volatilité des marchés.

Vous souhaitez investir ?

Obtenez une recommandation en quelques clics puis souscrivez en ligne.
Démarrer une simulation

4. Rééquilibrer régulièrement son portefeuille

Afin de préserver un couple rendement/risque optimal compte tenu de son profil d’investisseur et de ses objectifs personnels, il peut s’avérer nécessaire de rééquilibrer périodiquement son portefeuille d’investissement.

Potentiellement complexe et coûteuse pour un amateur, cette opération sera assurée par votre mandataire dans le cadre d’un placement réalisé en gestion sous mandat.

Dans le cas où vos projets nécessiteraient la disponibilité et la garantie de tout ou partie de vos fonds à certaines échéances données, il est également possible d’ajuster la diversification du  portefeuille afin de le sécuriser progressivement.

5. Analyser correctement sa performance

Afin de ne pas être systématiquement déprimé par la baisse ou sous-performance de votre portefeuille, ni euphorique en cas de hausse ou surperformance, il est essentiel de comprendre que la performance obtenue dépend en grande partie de votre profil personnel et des choix d’investissement pris (notamment en termes de niveau de risque). Investir seulement en actions présente un niveau de risque assez élevé :  rien ne peut déterminer si leurs cours va monter ou descendre. Vous pourrez donc “réussir des coups”, mais il ne faudra pas céder à l’excès de confiance.

L’objectif d’un portefeuille diversifié étant de pouvoir affronter toutes les configurations de marché du mieux possible, la performance de votre portefeuille ou d’un portefeuille concurrent est donc un critère à analyser finement avant d’en tirer des conclusions hâtives. En d’autres termes, les performances de deux portefeuilles se comparent sur la durée, la priorité n’étant pas la performance absolue, mais bien si l’investissement a rempli son objectif : fournir  un rendement cohérent à l’échéance souhaitée.

6. Ne pas se contenter des actions

Si la diversification s’avère utile au sein même d’un portefeuille d’actions, elle l’est également dans un cadre plus large. Investir dans d’autres classes d’actifs tels que les obligations permet en effet d’optimiser le couple rendement/risque et de limiter la baisse maximale du portefeuille (maximum drawdown).

Mieux vaut en revanche ne pas élargir cette diversification outre mesure, certaines classes d’actifs telles que les matières premières n’ayant que peu d’intérêt, notamment en raison de leur caractère “non productif”.

7. Tenir compte du facteur fiscal

Enfin, malgré l’instauration de la “flat tax”, le critère fiscal reste primordial afin de maximiser la performance nette de vos investissements. Vous devez donc veiller à choisir la bonne enveloppe fiscale, notamment en vue de la transmission de votre patrimoine.

Pour les investissements exclusivement en actions européennes, le PEA pourra répondre à vos attentes, mais pour une diversification sur plusieurs classes d’actifs, mieux vaudra sûrement considérer les avantages offerts par l’assurance-vie.

Ce que Nalo fait pour vous

Nalo vous propose une assurance-vie moderne gérée sous mandat afin  d’investir en actions à moindres frais via un portefeuille diversifié composés de milliers de titres d’entreprises répartis de par le monde. Et ce, tout en vous offrant la possibilité d’investir dans des actions d’entreprises écologiquement et socialement responsables.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Custom EmptyCustom EmptyCustom EmptyCustom EmptyCustom Emptynote moyenne 0/50 avis

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée

Vous acceptez la politique de commentaire