Comment bien investir pour préparer sa retraite ?

illustration-retraite

L’essentiel

  • Pour anticiper votre retraite, un placement financier, globalement diversifié est la solution la plus pertinente ;
  • Pour réaliser vos investissements pour la retraite, l’assurance-vie s’avère être l’enveloppe fiscale la plus efficace ;
  • Votre placement en assurance-vie pourra être complété par de l’immobilier locatif ainsi que par un produit d’épargne retraite.

Anticiper sa retraite est un enjeu primordial de la gestion de votre patrimoine. En effet, à votre départ en retraite, vos revenus vont être largement réduits. La pension que vous percevrez de votre caisse de retraite ne remplacera que partiellement vos revenus.

Épargner pour sa retraite doit tenir en compte de plusieurs contraintes. D’une part, lors de votre phase d’épargne, c’est-à-dire lorsque vous êtes en activité, vous devez pouvoir abonder régulièrement votre placement. D’autre part, une fois à la retraite, vous devez pouvoir tirer des revenus de votre placement mais aussi avoir la possibilité de consommer régulièrement une partie du capital. Enfin, la retraite étant un projet de long terme, vous devez en profiter pour maximiser le rendement de votre placement avec une prise de risque adéquate.

Quels placements pour votre retraite ?

Un investissement immobilier pour votre retraite ?

Il vous sera parfois conseillé d’envisager un investissement immobilier locatif pour préparer votre retraite. Néanmoins, l’achat d’un bien immobilier ne répond pas nécessairement aux contraintes de la retraite (en LMNP par exemple). D’abord parce qu’il est impossible de compléter votre investissement par des versements réguliers, mais surtout, vous serez contraint de vendre, si en cas de besoin, vous voudriez récupérer une partie du capital investi. Ainsi, la mise en location d’un logement pour en tirer des revenus ne peut pas être le coeur de votre stratégie de retraite. Néanmoins si vous optez pour un placement immobilier, l’utilisation de l’effet de levier par l’emprunt vous permettra d’en maximiser le rendement.

Bien souvent, un placement financier s’avèrera plus pertinent pour répondre aux besoins de la retraite, mais aussi plus performant dès lors qu’il est réalisé dans de bonnes conditions.

Quel produit d’épargne pour préparer votre retraite ?

En france, il existe plusieurs enveloppes fiscales permettant de réaliser des investissements financiers. Le PEA et l’assurance-vie jouissent d’une fiscalité avantageuse sur les plus-values réalisées alors que l’épargne-retraite, PERP et Contrats Madelin (pour les travailleurs indépendants et professions libérales) permettent de déduire de vos impôts une partie des sommes versées.

En savoir plus sur les différentes enveloppes fiscales en France

L’assurance-vie, le placement prioritaire pour votre retraite.

L’assurance-vie devrait constituer l’élément principal de votre placement retraite, cela pour plusieurs raisons:

  • la fiscalité de l’assurance-vie est avantageuse et dégressive avec la durée de détention  ;
  • votre épargne n’est pas bloquée ;
  • elle donne accès à une palette d’investissements variés et performants ;
  • le fonds en euros permettra de sécuriser votre capital le moment venu ;
  • sa fiscalité en cas de décès vous permettra de transmettre votre patrimoine en payant des droits largement réduits.

L’assurance-vie peut être complétée par un PEA. Il a une fiscalité légèrement plus avantageuse que l’assurance-vie sur les plus-values, mais sa gamme de supports d’investissement restreinte et l’absence d’avantages à la succession ne permettent pas d’en faire votre placement central.

L’épargne-retraite : pour les dernières années de votre vie active

Les produits d’épargne-retraite, le PERP et le contrat Madelin, fonctionnent tous deux sur le même principe. L’épargne versée y est bloquée jusqu’à votre retraite. Une fois parti à la retraite, la sortie se fait obligatoirement en rente. Avec ces produits vous transformez donc votre capital en un revenu fixe jusqu’à votre décès. PERP et contrats Madelin présentent donc plusieurs inconvénients :

  • une épargne bloquée ;
  • une sortie en rente viagère obligatoire ;
  • l’absence de transmission de votre patrimoine à votre décès, dès lors que votre capital a été converti en rente.

En revanche, ils possèdent un avantage fiscal, celui de pouvoir déduire de vos impôts une partie de vos versements. Attention toutefois, les rentes que vous toucherez sont, quant à elles, soumises à l’impôt (et non pas seulement les plus values comme dans le cas de l’assurance-vie). Ainsi le PERP tout comme le contrat Madelin sont des outils de lissage de l’IR : vous repoussez l’imposition à après votre retraite, un moment ou votre assiette d’imposition est plus faible et donc votre tranche marginale d’imposition aussi.

Pour toutes ces raisons, nous recommandons de ne privilégier le PERP ou le contrat Madelin qu’à partir de 55 ans ou 60 ans,  pour une fraction réduite de votre patrimoine. Ainsi l’immobilisation de votre épargne ne sera pas trop longue et le risque successoral portera sur un montant réduit.

A lire aussi : les erreurs à ne pas commettre pour votre retraite

Quelle stratégie d’investissement pour votre retraite ?

Nous avons vu  que pour préparer votre retraite, il fallait miser principalement sur l’assurance-vie. Laquelle peut être complétée par un PEA, un produit d’épargne retraite et éventuellement un investissement d’immobilier. Cependant, l’assurance-vie offre de multiples possibilités d’investissement : titres vifs, fonds actions, obligations, SCPI, SIIC,  OPCI, ETF… étudions désormais comment constituer une allocation d’actifs pertinente pour votre retraite.

Risques et rendement : pouvez-vous faire confiance au marché pour votre retraite ?

Un placement financier, même de bonne qualité, intègre nécessairement une part de risque. Néanmoins, si les fluctuations à court terme sont inévitables, il a été prouvé par l’analyse statistique qu’un placement en actions, correctement diversifié, était l’investissement le plus performant à long terme.

Afin de maximiser la performance de votre allocation et d’en réduire les fluctuations, il faut donc veiller à bien diversifier vos actifs. Pour cela votre portefeuille doit contenir un nombre d’entreprises élevé et une répartition géographique mondiale. Le plus simple et le plus efficace est d’utiliser des ETF (aussi appelé trackers ou fonds indiciels). Les ETF sont des paniers de plusieurs centaines de titres financiers qui permettent une large diversification à frais réduits.

Notez aussi que sur le long terme, le risque de perte avec un placement en actions est quasiment inexistant. Plus précisément, comme le montre la graphique ci-dessous, pour un placement diversifié (ici l’indice boursier MSCI World), le risque de perte est élevé pour des durées de placement de quelques années, mais nul au-delà de 15 ans.

QUEL RISQUE PREND-ON LORSQU’ON INVESTIT EN ACTIONS ?
Où l’on voir que le risque de perte est nul dès lors que vous investissez sur le long terme (plus de 15 ans).

Cette analyse indique qu’il faut avoir une gestion de l’exposition aux actions de votre portefeuille en fonction de votre horizon de placement.

Pour en savoir plus sur les risques que vous prenez ou ne prenez pas en investissant avec des actions.

Comment sécuriser votre portefeuille au cours du temps ?

Nous avons vu que sur une durée de placement de plus de 15 ans, les actions ne représentaient pas de risque de perte. En revanche, sur des durées plus courtes, les fluctuations de prix de marché vous exposent à des pertes en capital. Ainsi un placement en actions est adapté à long terme mais déconseillé à court terme.

Au moment où vous aurez besoin de votre argent, c’est-à-dire à l’approche de votre départ en retraite, il faudra donc veiller à sécuriser votre portefeuille. Pour ce faire, la part des supports en actions devra être réduite au profit de supports obligataires moins risqués et au profit du fonds en euros dont le capital est garanti.

Cependant, notez qu’une fois à la retraite, vous ne consommerez pas la totalité de votre patrimoine d’un seul coup. Au contraire, vous en retirerez régulièrement un revenu pendant plusieurs dizaines d’années. Il serait donc contre-productif de basculer la totalité de votre épargne en fonds en euros lors de votre départ à la retraite. Nous recommandons plutôt de sécuriser progressivement votre portefeuille avant et après l’arrêt de votre activité pour maximiser la performance sans vous mettre en risque. Le graphique ci-dessous montre une trajectoire de risque que vous pouvez reproduire afin de maintenir une exposition optimale au marché actions.

Sécurisation progressive lors de la retraite
La courbe indique une trajectoire de risque (exposition aux actions) recommandée pour un départ à la retraite à 65 ans. La zone bleu clair indique l’écart potentielle en fonction de votre situation patrimoniale et financière.

Faut-il convertir votre capital en rente viagère à votre retraite ?

La plupart des produits d’épargne permettent la conversion de votre capital en rente viagère. C’est obligatoire pour le PERP et le contrat Madelin et c’est optionnel pour l’assurance-vie (le PEA offre aussi cette possibilité, à condition qu’il s’agisse d’un PEA assurance-vie).

La rente viagère est un revenu à vie, dont la valeur est déduite du capital accumulé au moment de la conversion. Son avantage est de vous couvrir en cas de longévité importante : si vous vivez longtemps, vous aurez toujours ce revenu. Néanmoins, les inconvénients sont nombreux :

  • vous ne pouvez pas piocher dans votre capital une somme d’un montant supérieur à ce revenu en cas de besoin ponctuel ;
  • une fois votre capital converti, il cesse de fructifier, vous perdez donc en performance ;
  • En cas de décès, vous ne transmettez rien à vos héritiers.

Pour ces raisons, nous ne recommandons pas de convertir votre capital en rente, sauf éventuellement pour une part minoritaire de celui-ci.

Faire des versements réguliers pour profiter de la puissance des intérêts cumulés

Quelle que soit la solution pour laquelle vous optez, il est recommandé de s’y prendre le plus tôt possible. En effet, en commençant à investir tôt, vous profitez de la puissance des intérêts cumulés : les premiers intérêts générés vont eux-même produire des intérêts et ainsi de suite, donnant à votre placement une courbe de croissance exponentielle.  Par ailleurs en effectuant des versements réguliers, par exemple mensuels, l’effort d’épargne ressenti sera plus faible. Ce dessous un exemple de simulation sur trente ans avec des abondements mensuels de 1 000 €.

simulation-retraite
Exemple de simulation avec Nalo.

Pour comprendre la puissance des intérêts cumulés, vous pouvez observez ci-dessous le montant des versements mensuels nécessaires pour accumuler 1 M€ avec un rendement de 6% par an. Le résultat mérite d’être analysé : pour atteindre 1 M€ en 10 ans, l’effort d’épargne mensuelle est de 6 000 €, sur 30 ans elle n’est plus que de 1 000 €, soit 6 fois moins que sur 10 ans et non 3 fois fois moins comme la durée de placement aurait pu l’indiquer. C’est là une des clés du succès pour une retraite réussie.

Durée d’épargneEffort d’épargne mensuelTotal des versementsMontant à terme
10 ans6 000 €720 000 €1 000 000 €
20 ans2 200 €528 000 €1 000 000 €
30 ans1 000 €360 000 €1 000 000 €

Ce que Nalo fait pour vous

Nalo est un service d’investissement financiers sur-mesure. Pour vous aider à mieux préparer votre retraite, vous pouvez réaliser une simulation d’investissement sur notre site. Nous vous accompagnons tout au long de votre phase d’épargne et de votre retraite. Pour cela, nous mettons en place une stratégie d’investissement, avec un portefeuille d’ETF diversifié et une sécurisation progressive. Vous pouvez souscrire à notre contrat d’assurance-vie en ligne, nous nous chargeons alors de faire évoluer votre allocation d’actifs au cours du temps, afin d’en optimiser le rendement, d’en contrôler le risque et de l’adapter à la conjoncture macroéconomique et financière.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur notre site, ou faites une simulation d'investissement :

Hugo Bompard

Hugo Bompard

Statisticien Économiste, précédemment chercheur au Centre de Recherche en Statistique et en Économie, Hugo Bompard est Directeur Scientifique de Nalo.

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.