Assurance-vie et assurance obsèques : quelles différences ?

Experts de la finance, de l’investissement et de la gestion de patrimoine.

Publié le

Temps de lecture :

couple et argent 4 erreurs à éviter

L’assurance-vie et l’assurance obsèques sont fréquemment confondues malgré leurs différences marquantes. Si l’assurance-vie est généralement perçue comme un produit d’épargne, l’assurance obsèques, elle, est un contrat de prévoyance se réalisant au décès de l’assuré. Leur finalité et certaines modalités les distinguent nettement.

L’assurance obsèques : un produit de prévoyance

Contrairement à l’assurance-vie, l’assurance obsèques n’est pas un produit d’épargne, mais de prévoyance. C’est là la principale différence entre ces deux types de contrats.

En effet, la finalité de l’assurance obsèques est de réunir un capital destiné à financer les obsèques de l’assuré. L’argent est donc remis, non pas à l’assuré, mais aux bénéficiaires qu’il a désigné. De par sa finalité, le terme du contrat ne peut intervenir qu’au décès de l’assuré.

Une telle précaution permet de le tranquilliser, mais aussi de décharger ses proches de tout souci financier. En effet, le coût moyen des obsèques en France, de l’ordre de 4.000€, est loin d’être négligeable.

Les contrats d’assurance obsèques se présentent sous deux formes principales :

  • Les contrats en capital : Dans ce cas, le capital réuni sert au financement des obsèques. Il ne peut pas être utilisé à une autre fin, seul un surplus éventuel pouvant être employé par le bénéficiaire comme bon lui semble.
  • Les contrats en prestations : Avec ce type de contrat, le financement des funérailles est prévu, mais aussi leur déroulement. Dans ce cas, le bénéficiaire est l’opérateur de pompes funèbres désigné par l’assuré. Les deux parties s’entendent donc sur la manière dont les obsèques seront organisées. Les prestations prévues concernent notamment le choix du cercueil ou de l’urne, le déroulement de la cérémonie funèbre, les soins à donner au corps ou encore l’éventuel rapatriement de la dépouille mortelle. L’assuré doit s’assurer qu’elles figurent bien au contrat.

Bon à savoir : Les contrats d’assurance obsèques peuvent proposer des services d’assistance, aux proches du défunt notamment. Il peut s’agir des frais de déplacement et d’hébergement des membres de la famille ou de la mise en place de cellules de soutien psychologique. Bien d’autres prestations peuvent encore figurer au contrat ; n’hésitez donc pas à comparer sur Lassurance-obseques.fr pour trouver la meilleure assurance.

L’assurance-vie : un produit d’épargne

Le but principal de l’assurance-vie, qui reste le placement préféré des Français, est bien de se constituer une épargne. Il s’agit de se doter d’un capital ou d’un revenu complémentaire, sous forme de rente viagère, pour améliorer son pouvoir d’achat à la retraite, ou pour tout autre projet personnel. Si vous souhaitez souscrire une assurance-vie, vous aurez le choix entre trois types de contrat : les contrats en cas de vie de l’assuré au terme du contrat, les contrats en cas de décès de l’assuré (contrats temporaires décès ou contrats décès vie entière) ou encore les contrats mixtes vie et décès.

Pour réunir cet argent, l’assuré prévoit des versements réguliers, libres, ou même une prime unique, versée en une seule fois. La durée de souscription, fixée à l’avance entre les deux parties, figure au contrat.

Si l’assuré est en vie à la fin du contrat, il récupère l’argent investi, sous forme de capital ou de rente. S’il est décédé avant son terme, l’épargne est remise au(x) bénéficiaire(s) désignés dans le contrat. À cet égard, l’assurance-vie peut aussi être considérée comme un instrument de transmission du patrimoine.

L’assuré à toujours la possibilité de récupérer son argent avant l’échéance du contrat. Il s’agit alors d’un rachat. Celui-ci, qui entraîne des frais, peut être partiel ou total.

À noter : L’assuré peut changer de bénéficiaires à tout moment. Il peut le faire en adressant un simple courrier à l’assureur.

Conclusion

Qu’il souscrive un contrat d’assurance-vie ou d’assurance obsèques, l’assuré se constitue un capital. Mais, dans le premier cas, il s’agit surtout d’épargner pour se doter d’un revenu complémentaire, alors que, dans le second, l’objectif est de prévoir le financement, et parfois le déroulement, de ses obsèques. C’est ce qui distingue un contrat d’épargne d’un produit de prévoyance. Rien n’interdit d’ailleurs de cumuler une assurance-vie et une assurance obsèques pour bénéficier à la fois d’un produit d’épargne et d’un produit de prévoyance.

Vous souhaitez investir ?

Obtenez une recommandation en quelques clics puis souscrivez en ligne.
Démarrer une simulation

Cet article vous a-t-il été utile ?

Custom FullCustom FullCustom FullCustom FullCustom Fullnote moyenne 5/52 avis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée

Vous acceptez la politique de commentaire