Placements magiques : attention aux arnaques à l’épargne

arnaques-AMF

L’essentiel :

  • De nombreuses arnaques au placement ont fait d’internet leur zone de chalandise ;
  • Adoptez une attitude critique et prudente face aux fortes rentabilités annoncées permet d’éviter la majorité des arnaques ;
  • L’AMF met à jour régulièrement une liste noire de site internet dont les pratiques sont douteuses.

“100% des victimes d’arnaques à l’épargne ont voulu croire aux fausses promesses de marchands d’illusions”. C’est ainsi que l’AMF (Autorité des marchés financiers), non sans rhétorique, communique pour sensibiliser le public face à la multiplication des escroqueries à l’épargne. Produits bidons, fishing, publicités trompeuses, désinformation sur les risques encourus : avec internet, le monde de l’escroquerie au placement a de beaux jours devant lui et ce, malgré la vigilance de l’autorité des marchés financiers.

L’AMF, dépositaire d’une mission de surveillance, met en oeuvre des moyens pour lutter contre l’escroquerie à l’épargne sans pour autant l’éradiquer. Il apparaît important de développer les bons réflexes afin de repérer et éviter les arnaques à l’épargne.

Et sinon, pour ceux qui sont à la recherche de vrais placements performants, retrouver notre article sur le meilleur placement !

Quelques exemples d’arnaques au placement

Avant de vous livrer les grandes lignes pour repérer les arnaques au placement et les placements illusoires, il convient de vous présenter quelques grandes arnaques ou illusions de rentabilité de la dernière décennie afin d’en comprendre les mécanismes.

Le Bitcoin et les crypto-monnaies

Le Bitcoin n’est pas une escroquerie en soi, mais cette crypto-monnaie a connu une bulle spéculative durant l’année 2017, laquelle s’est accompagnée de nombreuses escroqueries.

Le Bitcoin s’est aussi vite envolé qu’il s’est effondré : au 13 novembre 2017, un Bitcoin s’échangeait contre 8 000 dollars pour atteindre les 19 157,7 dollars, son record historique 20 jours plus tard soit une augmentation de 240%. La bulle a ensuite explosé pour un retour brutal à la valeur initiale en l’espace d’un mois (environ 8 000 dollars), le 29 janvier 2018. À l’heure où ces lignes sont écrites, la crypto-monnaie continue sa baisse progressive pour atteindre les 5 000 dollars.

Outre l’aspect fortement spéculatif, cet engouement pour les crypto-monnaies s’est accompagné d’arnaques en tous genres, allant de la manipulation de cours à la création de fausses plateformes d’échange de monnaie. Il existe encore beaucoup de sites internet frauduleux promettent “d’investir” dans des bitcoins. En réalité, alors que vous pensez acheter des bitcoins, vos versements vont directement dans les poches des escrocs.

Si malgré tout, vous souhaitez acheter des Bitcoins ou d’autres crypto-monnaies, vérifiez bien que les courtiers par lesquels vous passez ne sont pas “blacklistés” par l’AMF. Les sites comme c’est le cas de l’exemple ci-dessous.

arnaque-bitcoin

Les faux placements en biens divers : diamants, vins, métaux rares

De nombreux escrocs sévissent sur internet avec l’objectif de vous appâter en vous proposant des placements avec des rendements miraculeusement élevés.

Le diamant est le parfait candidat pour de l’arnaque au placement pour plusieurs raisons :

  • il représente une véritable valeur dans l’inconscient collectif, candidat idéal pour une valeur refuge telle que l’or ;
  • contrairement aux autres matières premières, le diamant ne fait pas l’objet d’une cotation publique (du fait notamment de la diversité de la qualité des pierres) : les transactions se font “over-the-counter”.

Ainsi, de nombreux sites internet se faisant passer pour des courtiers se sont développés pour proposer à des épargnants de placer leurs économies dans des biens divers (diamants, vins…). À l’aide de publicités en ligne, sur des sites reconnus ou sur les réseaux sociaux, les escrocs vous amènent sur de fausses plateformes d’investissement. L’arnaque est relativement simple : vous faites un virement puis le courtier disparaît avec votre argent. Un exemple ci-dessous :

De manière générale,  nous déconseillons “d’investir” (il s’agit plutôt de spéculation) dans des matières premières d’autant plus si elles ne font pas l’objet d’une cotation sur un marché réglementé. Si malgré tout, vous êtes convaincu de l’opportunité de gains que représente un placement dans des matières premières, vérifiez scrupuleusement le sérieux de vos interlocuteurs et faites-vous accompagner par des experts.

arnaque-diamant

Les CFD et les options binaires

Les CFD sont l’un des placements les plus populaires proposés aux particuliers du fait d’un recours massif aux campagnes publicitaires vantant des rendements élevés, rapides et à moindre risque (de quoi déjà mettre la puce à l’oreille…).

Les CFD et les options binaires sont purement spéculatifs puisqu’ils consistent à parier la hausse ou la baisse d’un actif sous-jacent. Si la spéculation vise à endosser les risques de l’évolution future d’un actif, le risque est décuplé lorsque la plateforme propose de prêter de l’argent pour augmenter le volume de l’ordre passé (effet levier). Ainsi, avec l’effet levier, la moindre micro variation du marché peut entraîner un gain ou une perte substantielle pour le parieur.

Bien que les CFD ne soient pas des arnaques en soi, les risques pour le particulier sont tellement élevés que l’AEMF (Autorité Européenne des Marchés Financiers) a recommandé leur interdiction pure et simple. En attendant, elle durcit les mesures notamment pour limiter le recours à l’effet levier.

D’ailleurs, la loi Sapin 2 a entériné l’interdiction de la publicité à défaut d’autorisation préalable notamment pour ce type de placement afin de minimiser l’impact sur les épargnants. Voici un exemple de publicité interdite :

arnaque-cfd

Quant aux options binaires, dont le principe est le pari à la hausse ou à la baisse sur la valeur d’un sous-jacent à échéance fixe (un jour, une semaine, un mois…), l’AMF a tout simplement interdit leur commercialisation. En effet, l’impossibilité de fermer une position avant son terme couplé au mécanisme de l’effet levier pouvait mener au surendettement de l’épargnant.

Comment éviter les arnaques et les mauvais placements ?

Appréciez convenablement le risque financier

Une des premières règles de base en finance est qu’il n’y a pas de rentabilité sans risque. Si le marché peut présenter, à certaines occasions, des imperfections permettant de gagner de l’argent en minimisant la prise de risque, cette situation reste marginale et ne saurait constituer un placement raisonnable pour un investisseur non professionnel.

Ainsi la première question à se poser lorsque l’on vous promet des rendements mirobolants est la suivante : quel est le risque de perte pour le capital investi ?

Il convient d’appréhender plusieurs notions afin de mesurer ce risque :

  • la volatilité du marché : plus le cours de l’actif varie à la hausse et à la baisse sur une forte amplitude, plus vos pertes et vos gains peuvent être importants ;
  • le risque de contrepartie : il s’agit de mesurer la fiabilité de l’entité avec laquelle le contrat a été conclu. Pour en revenir aux exemples précédents, il existait un véritable risque de contrepartie pour les acheteurs de diamants sur un site internet étranger non labélisé par l’AMF ;
  • la liquidité : c’est la facilité avec laquelle vous pouvez revendre l’actif et ainsi récupérer l’argent placé.

Ainsi, plus l’un de ces risques financiers est présent plus les rendements devront être élevés pour motiver l’investissement. Les escrocs ne s’y trompent pas, ils savent que leur manque de crédibilité doit être compensé par un rendement élevé pour séduire les épargnants.

En réalité, en tant qu’épargnant, votre raisonnement doit être inversé : plus la rentabilité affichée est élevée, plus vous devez être méfiant et chercher à comprendre la raison de cette forte rentabilité. À défaut de l’avoir comprise, détournez-vous de cet actif et gardez toujours en tête qu’il n’existe pas de placements miracles.

En savoir plus : risques et rendements des actions.

Évitez la confusion entre investissement et spéculation

L’investissement et la spéculation sont souvent confondus puisque ces deux pratiques consistent à tirer des fruits de son épargne.

Toutefois, la différence entre ces deux notions est fondamentale. Investir c’est mettre à disposition son capital comme une ressource pour qu’une entité en dispose à des fins de production. Lorsque vous investissez, l’argent a une véritable utilité puisqu’il permet de créer de la valeur. Une partie de cette valeur générée sera redistribuée à l’investisseur le plus souvent sous la forme d’intérêts ou de dividendes. Ainsi, lorsque vous achetez des actions sur le marché primaire (nouvellement émises), vous permettez à la société émettrice de lever des fonds à des fins notamment d’investissement productif.

Les rendements issus des bénéfices et ses perspectives d’évolution permettent d’apprécier la valeur réelle de l’actif. L’investissement n’est pas sans risque, mais a le mérite de rester corrélé avec l’économie réelle.

A contrario, la spéculation consiste à acheter un bien dans le but de voir son prix croître pour encaisser une plus-value à la revente. Comme pour l’achat de Bitcoin, il s’agit d’un jeu à somme nulle qui ne génère aucune valeur ajoutée. L’acte spéculatif est exclusivement un pari sur une évolution future.

Renseignez-vous sur l’organisme financier

De plus en plus les arnaques aux placements prennent lieu sur internet. Aussi tous les éditeurs de site internet sont soumis à des obligations déclaratives. En particulier, dans les mentions légales du site vous devez être en mesure de trouver :

  • le nom du responsable éditorial ;
  • le nom de la société ;
  • le nom et l’adresse de la société qui héberge le site.

À partir de ces informations, vous pouvez par exemple vérifier si la société existe vraiment et si elle est immatriculée en France.

Il existe aussi des annuaires “who is”, permettant de savoir ou est hébergé le nom de domaine et à qui celui-ci appartient. Si le nom de domaine est enregistré dans un pays peu regardant, comme le Panama ou Chypre.

Enfin, les conseillers financiers et les courtiers en produits bancaires ou produits assurantiels ont pour obligation d’être inscrit sur le registre de l’ORIAS. Vous pouvez donc demander vérifer sur le site de l’ORIAS si votre interlocuteur est un professionnel reconnu.

Consultez la liste noire de l’AMF pour éviter les arnaques

L’AMF met à jour régulièrement une liste noire ou “blacklist” des sites internet spécialisés dans l’arnaque aux placements. Lorsque vous êtes confrontés à des placements à forts rendements sur des sites inconnus du grand public, il est vivement conseillé de consulter la liste noire de l’AMF selon le type de produits proposés :

Consulter ces listes avant d’investir permettra de limiter votre risque de contrepartie. Toutefois, ces listes noires ne doivent pas être prises pour argent comptant : ce n’est pas parce qu’un site de placement n’y figure pas que ce n’est pas une arnaque ! De nouvelles arnaques non répertoriées voient régulièrement le jour et les escrocs peuvent facilement changer leur nom de domaine pour brouiller les pistes ! Restez toujours sur vos gardes !

Ce que fait Nalo pour vous

Nalo est une société spécialiste en investissements financiers. Nous vous accompagnons dans la construction d’un portefeuille d’investissement sur-mesure, en fonction de vos objectifs financiers et de votre situation patrimoniale.

Nalo s’est entouré d’un réseau d’avocats fiscalistes, de notaires et d’autres experts du patrimoine. Si vous avez été victime d’une escroquerie au placement, nous pouvons vous mettre en relation avec un avocat spécialisé dans ce type de contentieux.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur notre site, ou faites une simulation d'investissement :

Hugo Bompard

Hugo Bompard

Statisticien Économiste, précédemment chercheur au Centre de Recherche en Statistique et en Économie, Hugo Bompard est Directeur Scientifique de Nalo.

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.