Coût d’opportunité

L’Essentiel

  • le coût d’opportunité correspond au coût de renoncement à un investissement au profit d’un autre
  • il est très subjectif et dépend de la façon dont on valorise le temps et à son aversion au risque
  • il est souvent négligé mais doit faire partie intégrante de la décision d’investissement.

Le coût d’opportunité, aussi appelé coût de renoncement, permet à un investisseur (ou une entreprise) de mesurer les avantages à renoncer à un investissement au profit d’un autre. Ce concept économique est un outil indispensable à la prise de décision. Invisible, le coût d’opportunité permet de répondre à la question “à quoi je renonce en agissant ainsi ?”.

En finance, on peut le calculer ainsi :

Coût d’opportunité = rendement de la meilleure option à laquelle on renonce – rendement de l’option choisie

Le calcul du coût d’opportunité permet de comprendre mieux la pertinence de certaines décisions d’investissement pour choisir celle qui est la plus rentable. Dans ce cas, il convient d’évaluer à la fois le rendement potentiel de chaque opportunité mais aussi le risque qui lui est attaché : le coût d’opportunité est toujours prospectif, c’est-à-dire qu’on ne connaît pas de façon certaines les montants que l’on évalue. En économie, il faut aussi tenir compte d’externalités, d’éléments extérieurs qui peuvent avoir une influence positive ou négative sur l’investissement qu’on réalise ou auquel on renonce. 

Coût d’opportunité ou coût irrécupérable ? 

Il est facile de confondre ce coût d’opportunité avec le coût irrécupérable (sunk cost) d’un investissement. En réalité, le coût irrécupérable est un coût qui a été dépensé et qui de toutes façons sera perdu, quel que soit le choix ultérieur. Il n’est ni remboursable ni récupérable. Il ne devrait donc jamais entrer en compte dans le choix d’investissement, même si c’est souvent le cas, de façon irrationnelle, en raison de l’aversion des agents à la perte. 

Au contraire, dans le coût d’opportunité, tout est encore du domaine du potentiel, il faut introduire la dimension de risque mais rien n’est d’emblée perdu. Il faut en effet tenir compte des probabilités de réalisation des différentes options considérées, et en cas d’aversion de l’agent au risque, introduire cette notion dans l’équation. L’important est de considérer chaque décision d’investissement « toutes choses égales par ailleurs ». 

Application des arbitrages de coût d’opportunité

La question du coût d’opportunité peut s’exprimer dans plusieurs situations et de façon différente. Il résulte très souvent des arbitrages inter temporels. 

  • L’arbitrage travail/loisir repose sur le renoncement à plus de salaire contre plus de temps libre : sa résolution dépend de la façon dont on valorise le temps en unités monétaires ;
  • Le choix entre deux stratégies d’investissement : choix d’une durée d’investissement, d’un rendement annuel ou mensuel, de la probabilité de récupérer le montant investi ;
  • Le choix entre continuer ses études plus longtemps ou entrer dans la vie active : gagner moins vite de l’argent mais avoir, une fois sur le marché du travail, un salaire plus élevé en raison d’une meilleure qualification ;
  • Plus prosaïquement, le choix entre le prix et la qualité d’un produit, par exemple de la nourriture. 

La coût d’opportunité dépend étroitement de la façon dont on valorise le temps et d’autres grandeurs (loisir, qualité, risque, patience) en unités monétaires, ce qui en fait une valeur difficilement quantifiable. 

Investissez comme les Prix Nobel de l'économie

Téléchargez le Guide de l'investisseur intelligent pour élaborer une stratégie d'investissement, déterminer le placement le plus adapté à votre projet et choisir le bon conseiller financier pour vous accompagner.

Je télécharge le Guide