Comment investir 1 million d’euros ?

L’essentiel

  • L’assurance-vie comme support d’investissement central ;
  • PEA, PEA-PME comme supports d’investissement satellites ;
  • L’investissement immobilier : pas si performant.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, bien gérer son patrimoine financier repose sur les mêmes méthodes d’investissement  que vous commenciez à investir, ou que vous ayez un patrimoine de 1 million d’euros, 10 millions d’euros, ou plus. Néanmoins, avec un patrimoine important des questions nouvelles se posent, celle des plafonds d’investissement de certaines enveloppes fiscales par exemple. Des opportunités nouvelles s’offrent aussi à vous, car sur une fraction de votre patrimoine, vous pouvez vous permettre de prendre des risques plus importants.

Commençons par les fondamentaux.

Un portefeuille diversifié, des frais réduits et une fiscalité limitée

Diversification

La diversification de votre patrimoine financier est une règle de base. Vous devez investir vos actifs dans plusieurs centaines, voire plusieurs milliers d’entreprises à travers le monde. Cela permet d’éliminer les risques extrêmes, la faillite d’une entreprise ou encore une crise politique locale. Cette diversification est d’autant plus importante que bien souvent, votre patrimoine est lié à l’entreprise dans laquelle vous travaillez, parce que vous en êtes le créateur, ou via l’attribution de stock options. Dans la mesure du possible, ne conservez pas une fraction trop importante de votre patrimoine dans votre entreprise.

En savoir plus sur la diversification.

Performance et frais

Afin de construire un portefeuille diversifié et performant, les ETF (Exchange traded funds) sont le véhicule d’investissement idéal. Tout comme les fonds d’investissement traditionnels, les ETF sont investis dans des actions ou des obligations d’entreprises (ou d’États), d’une zone géographique ou d’un secteur d’activité donné. Ils permettent d’investir simultanément dans plusieurs centaines d’entreprises, leur avantage principal : des frais cinq à dix fois plus faibles que des fonds traditionnels. Ainsi les gains générés par les dividendes et les plus-values des entreprises ne seront que très modérément réduits par les frais de gestion.  

En savoir plus sur les ETFs.

L’assurance-vie, pour une fiscalité limitée

Vos investissements doivent être réalisés au sein d’une enveloppe fiscale. Il y en a trois principales en France : le compte titre, le PEA et l’assurance-vie. L’assurance-vie est la seule enveloppe fiscale qui permet d’investir plus de 150 000 euros avec une fiscalité réduite. Elle permet, à contrario du compte titres, de ne pas payer d’impôt sur chaque achat-vente. C’est par ailleurs la seule enveloppe fiscale qui permet d’échapper, en partie, à l’impôt sur la succession. Enfin, le PEA permet d’acquérir un portefeuille d’actions d’entreprises européennes tout en bénéficiant, sous certaines conditions, d’une exonération d’impôt. 

Nous recommandons qu’au moins 70% à 80% de votre patrimoine soit ainsi investi dans un portefeuille d’ETF au sein d’un contrat d’assurance-vie. C’est la colonne vertébrale de votre patrimoine, à long terme cela pourra générer une performance allant de 6% à 10% par an, en moyenne.

Construire un portefeuille d’ETF et gérer le risque en fonction de ses dépenses futures.

Comment choisir ses ETF ?

Un bon portefeuille doit être réparti entre différentes classes d’actifs, et mondialement diversifié. Avec les actions, vous profitez de la croissance des entreprises et percevez une partie de leurs revenus sous forme de dividendes. Sur le long terme elles offriront le potentiel de gain le plus important, mais à court terme elles introduisent de la volatilité dans votre portefeuille. Les obligations quant à elles permettent d’avoir un retour sur investissement avec un risque plus limité. Les bons du trésor, classe d’actif la moins risquée,  vous assureront des revenus corrects dès lors que l’horizon du prêt (on parle de maturité) est lointain 20 ans, 25 ans, voire 30 ans.

Comment gérer son risque ?

Le risque n’est pas que le marché baisse. Les fluctuations des prix des actifs rend ce risque inévitable à court terme, il est en revanche effacé à plus long terme par une tendance générale d’accroissement des prix. Le risque est donc que le marché baisse au moment ou vous avez besoin de votre argent. Votre horizon d’investissement est donc un élément clef dans la construction de votre portefeuille. A court terme privilégiez les actifs obligataires, à long terme, privilégiez les actions.  

Vos horizons sont déterminés par vos besoin futurs. Acquérir une résidence secondaire, étendre son activité professionnelle, se lancer dans une aventure entrepreneuriale, préparer sa retraite ou la transmission de son patrimoine. Autant de projets qui nécessitent un capital et dont l’horizon est plus ou moins lointain. Dès lors, optimiser votre patrimoine necessitera de construire différents portefeuilles, avec une prise de risque adaptée à  chacun de vos projets financiers.

Quid du fonds euro ?

La baisse des rendements des fonds euros est systématique depuis plus de 10 ans. Le taux moyen s’élevait en 2016 à seulement 1,8 %. Cette chute ne semble pas prête de s’arrêter dans un contexte où les taux d’intérêts devraient rester durablement bas. Dans ces conditions, le fonds en euros ne devrait être utilisé que comme un moyen de sécuriser votre capital et non comme un moyen de l’accroitre.

Vos investissements satellites.

En complément de votre assurance-vie, il est conseillé d’investir au sein d’un PEA et d’un PEA PME. Bien que respectivement plafonnés à 150 000 € et 75 000 €, ils jouissent  d’une fiscalité plus avantageuse que l’assurance-vie sur les gains réalisés. Attention toutefois, le PEA permet uniquement d’acquérir un portefeuille d’actions européennes, et avec le PEA PME, vous ne pourrez investir que dans des PME européennes.  Pour optimiser votre allocation globale, il faudra donc ne pas trop exposer son assurance-vie aux actions européennes afin de conserver une bonne diversification.

D’autres types d’investissements que l’on peut qualifier d’investissements “plaisirs” peuvent venir compléter l’assurance-vie.

Le crowdfunding ou l’investissement direct en startup et PME peut s’avérer être un bon moyen de diversifier ses investissements. Le risque de perte est très important et ces investissements ne sont pas liquides, cependant le rendement peut s’avérer attractif.

Enfin, l’art, le vin, les voitures de collection peuvent faire partie de vos investissements satellites. Ces placements sont souvent très peu liquides, ils s’échangent sur des marchés de collectionneurs et les gains y sont très aléatoires. Les concernants, c’est le plaisir d’admirer la toile d’un grand peintre chaque jour qui doit primer sur le potentiel retour sur investissement.

Vous possédez déjà une assurance-vie ?

Si vous possédez déjà une d’assurance-vie, il est important de faire un audit complet de votre contrat pour savoir s’il est plus judicieux d’en ouvrir un nouveau ou de conserver l’ancien : frais, performances du fonds euro, supports disponibles.  Si votre contrat actuel ne permet pas d’investir dans des ETF ou s’il a des frais d’entrée, nous vous recommandons d’en changer.

Attention aux frais cachés : aujourd’hui la législation n’impose pas à l’assureur d’expliciter les frais de gestion des supports d’investissement (les unités de compte), dont une partie est rétrocédée à la banque/assurance ou au conseiller financier*. Sur les ETF il n’y a pas de rétrocessions, c’est là un gage de transparence.

En savoir plus, sur les frais de l’assurance-vie.

*Ces frais sont consultables sur le “Document d’Information Clé de l’investisseur” (DICI).

Malheureusement, la loi ne permet pas (encore) la transférabilité des contrats d’assurance-vie. Cependant, il peut s’avérer judicieux soit d’ouvrir une nouvelle assurance-vie pour transférer la totalité de l’épargne (si le contrat est vraiment mauvais).  Soit de procéder à des rachats partiels depuis l’ancienne pour un montant de plus-values inférieur à l’abattement fiscal et d’affecter la somme sur le nouveau contrat. Cela permet de réduire la fiscalité in fine.

Faut-il investir dans l’immobilier ?

L’investissement immobilier jouit, en France, d’une passion exagérée. Sur le très long terme, la performance nette d’inflation d’un bien immobilier est nulle. La raison est simple, un appartement ne crée pas de richesse contrairement à une entreprise.

L’investissement immobilier entraîne par ailleurs des coûts qui réduisent inévitablement la rentabilité de l’opération (frais de notaire, frais d’agence, taxes, travaux, etc…). Dès lors, l’objectif d’un achat immobilier ne doit pas être celui du rendement mais plutôt le plaisir de se sentir chez soi.

En savoir plus sur les performances des différentes classes d’actifs. 

Il est préférable d’investir dans l’immobilier via l’achat d’actions d’entreprise dont l’activité économique est liée à l’immobilier et qui, par conséquent, créent de la richesse. Par exemple, chez Nalo, nous investissons dans un ETF lui-même investi dans 334 entreprises du secteur immobilier, tel que Unibail-Rodamco, leader de l’immobilier commercial en Europe, ou Equity Residential qui loue près de 80 000 appartements dans les plus grandes villes des  Etats-Unis. Sur les 5 dernières années, ce fonds a généré une performance de 50,5 %, c’est près de 5 fois plus que la hausse des prix de l’immobilier résidentiel à Paris.

Ce que Nalo fait pour vous

Nalo est un service d’investissements financiers, innovant et sur-mesure. Nous investissons, dans des allocations d’actifs, sur-mesure, en fonction de votre situation patrimoniale et de vos projets financiers. Pour un maximum d’efficacité, et afin de minimiser les frais, vos portefeuilles sont exclusivement investis en ETF. Pour profiter d’un régime fiscal avantageux, nous investissons dans une assurance-vie. Parce que vous pouvez avoir plusieurs projets d’investissement, nous offrons la possibilité d’avoir plusieurs portefeuilles indépendants au sein du même contrat d’assurance-vie.

À partir de 250 000 € d’épargne gérée. Un conseiller privé vous accompagne pour répondre à toutes vos problématiques patrimoniales, de la réduction de votre imposition à l’optimisation de votre succession.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookPrint this pageEmail to someone

Pour en savoir plus, rendez-vous sur notre site, ou faites une simulation d'investissement :

François Petit

François Petit

Conseiller en investissements Financiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.